Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Lesdécrypteursencampagneprésidentielle.over-blog.com

Lesdécrypteursencampagneprésidentielle.over-blog.com

Les "constitutionnalistes en herbe" de Paris 1 vous proposent une analyse des réformes institutionnelles proposées par les candidats à l'élection présidentielle de 2017.

Jacques CHEMINADE

Jacques CHEMINADE

Présentation de Jacques Cheminade

Né le 20 août 1941 à Buenos Aires, Jacques Cheminade est un homme politique français ainsi que le fondateur et l’actuel président du Parti Solidarité et Progrès, qui repend notamment les idées de Lyndon LaRouche, un politicien et essayiste américain.

Cette année pour la troisième fois depuis les élections de 1995, J. Cheminade participera à la course présidentielle s’il parvient à récolter les 500 parrainages, communément appelés, les « 500 signatures ».

En se présentant aux présidentielles de 2017, l’enjeu est surtout pour lui de mettre fin au féodalisme financier, c’est-à-dire au fait que « la monnaie soit dans les mains des voleurs » comme énoncé lors de la présentation de sa campagne dans le 13ème arrondissement de Paris. En d’autres termes, il entend mettre fin à la corruption présente sur la scène politique, et ce, par épuration du secteur économique au moyen notamment d’une loi bancaire.

Toutefois, une loi bancaire étant insuffisante pour lutter efficacement contre ce phénomène, il entend mettre fin à la mondialisation (ex: OTAN et autres accords) financière notamment qui selon lui est la source des principaux désastres qu’a connu notre humanité et la France (ex: guerre, terrorisme, etc). S’opposant à la mondialisation, il en va de soi qu’il fasse preuve d’une certaine hostilité envers l’euro et l’UE, qu’il accuse d’aggraver la situation, de ne pas protéger ses intérêts.

Face à cela, il n’est surtout pas question d’entrer dans une tendance isolationniste mais plutôt de renforcer les atouts de la France, indépendamment de ces éléments qui n’ont contribué qu’à son déclin dans l’esprit de certains français, par la réorganisation, ou du moins, la naissance d’un nouvel ordre économique aux côtés de certains pays européens ou encore des BRICS.

Pour finir, on ne pourrait présenter le candidat Jacques Cheminade sans parler de son projet spatial (Mars) ou plutôt de sa politique de l’espace qui vise à « lancer des programmes pour la construction de transporteurs spatiaux de troisième génération », à parvenir à une l’industrialisation de la Lune et à développer la propulsion nucléaire.

Collaborant toutes deux avec l’occupation financière, il ne se considère ni de droite ni de gauche et encore moins des extrêmes. Étant alors pour l’innovation, le progrès technique et social, la défense des intérêts communs, il pourrait être considérer comme un centriste.

Doris Kasseyet

Sortir de l’Union européenne

« Je pense que l’Europe est à rebâtir » « Mal fait et à refaire », voici les paroles prononcées par Jacques Cheminade lors de son programme. Ce dernier est candidat à la présidentielle de 2017 et sa devise « Libérons-nous de l’occupation financière » dévoile l’idée maitresse de son programme. Son but premier est de libérer la France de l'oppression créée par les grandes puissances capitalistes économiques comme les Etats-Unis. Pour ce candidat, l’Union européenne ne répond plus aux attentes élaborées lors de sa création. Elle s’appuierait sur une libéralisation financière et un libre échange fondé sur une règle : celle du « Winner takes all ».

Il souhaite rétablir une logique Gagnant/Gagnant et non plus Gagnant/Perdant pour valoriser les atouts de la France et imposer la puissance de ce pays parmi d’autres puissances dominatrices. S’allier à de nouveaux pays émergents est la solution, notamment avec les BRICS dans le but de « refonder un autre monde ». Il est animé par une forte volonté de reconstruire un nouvel ordre mondial ou l’hégémonie américaine prend en considération les économies de marchés naissantes et les pays en développement. Lors de son programme il évoque le plan Fouchet, un plan élaboré en 1961, basé sur l’idée d’une France forte et libre, avec pour caractère principal celui de l’indépendance des pays de l’union européenne vis-à-vis des Etats-Unis. Naîtrait alors une organisation basée sur une Europe des Patries et non sur une mondialisation financière où les intérêts économiques priment au détriment des nations qui la composent. L’indépendance de la France est le maître mot de son programme de 2017.

Jacques Cheminade ne veut plus de cette Europe, instituée par le traité de Rome en 1957, le traité de Maastricht de 1992 et celui de Lisbonne de 2007. Le patriotisme économique qu'il appelle de ses voeux a ainsi pour but de relancer des projets communs au sein de cette nouvelle Europe des Patries. Il faudrait sortir de l’Union Européenne pour rétablir une nouvelle organisation plus «juste» et soucieuse de préserver l’équilibre de ses nations.

Ce fort « euroscepticisme » de la part de ce candidat est partagé par de nombreux partis en France comme Le Front National qui prône la sortie de la France de la zone euro mise en place en 2002, ou encore l’UPR de François Asselineau qui souhaite sortir de l'Union européenne. Si ces derniers souhaitent un retrait complet de la France de cette institution, certains comme Manuel Valls souhaite la modifier, l’améliorer et repenser son fonctionnement et sa structure.

A l’instar de la Grande Bretagne et son référendum sur l’Union Européenne en juin 2016, d’autres pays réclament la sortie de leur pays de cette institution comme les Pays bas, la Finlande avec le parti de l’indépendance de Antti Pesonen, la République Tchèque, son premier ministre Bohuslav Sobotka étant hostile à l’Union européenne ou encore l’Italie. En France, sortir de l’Union européenne engendrerait une réforme constitutionnelle puisqu'il faudrait réviser la constitution par une procédure prévue à l’article 89. Cette révision se fait par l’initiative du président de la République sur proposition du Premier Ministre et des membres du parlement.

Chana Elfassi, Oriane Gumuschian

 

Jacques Cheminade est un politicien, dirigeant et fondateur du parti Solidarité et progrès depuis 1996, il est candidat à la présidentielle de 2017.

Sa politique économique tend depuis 2000 à promouvoir la réforme économique du Glass-Steagall, une réforme qui depuis la crise financière de 2007 se réaffirme, et prône une séparation des fonctions bancaires.

Sa politique diplomatique elle, est en rupture avec les relations entre l'Union Européenne et les différentes instances politiques internationales, mais il souhaite toutefois mettre en place de nouvelles relations diplomatiques stables, notamment avec les BRICS.

Les Réformes institutionnelles que propose ce candidat visent à renforcer et à relancer le marché français en vue d'établir ce qu’il appelle un « nouvel ordre international gagnant/gagnant ».

On peut comprendre cette initiative qui vise d'abord à maîtriser son économie en tendant vers une forme d’isolationnisme, pour ensuite être efficace sur la scène internationale. Selon lui, l'Union européenne est incapable de nous protéger, et le dollar est devenu une monnaie transnationale trop instable (notamment avec les cours boursiers vecteurs selon lui d'instabilité). Jacques Cheminade critique en outre la mondialisation et ses effets négatifs sur le marché français.

Ces réformes majoritairement économiques, concernent principalement la sortie de la France de l’Union Européenne et d’autres organisations internationales, mais visent aussi les jeunes à travers des réformes sociales et publiques.

  1. Réforme économiques institutionnelles

Dans son programme, plusieurs de ses points concernent la sortie de la France de plusieurs organisations internationales, pour permettre au pays de se développer sur le plan national. C’est une vision qui est partagée par d'autres gouvernants, comme le nouveau Président des Etats-Unis, Donald Trump. En effet, ce dernier parle déjà d’arrêter de financer la lutte contre le réchauffement climatique au sein de l’ONU, voyant cela comme inutile et préférant investir dans son propre pays afin de financer de nouveaux projets.

  • La première réforme institutionnelle qui vise à renforcer et à relancer le marché français, consiste à rétablir un système de crédit national en sortant du schéma économique de l'euro permettant d'alimenter de manière équilibrée le marché français, notamment avec la Commission sur l'examen de nos dettes.
  • Dans le point n°6 de son projet de campagne, il s'agit de renforcer les moyens de la Banque publique d'investissement en vue d'aider les PME (petites et moyennes entreprises) et les ETI (entreprises de taille intermédiaires) afin de relancer le marché.
  • Dans l'optique de se retirer de la scène internationale, il soutient vouloir sortir de l'OTAN, de l'euro mais aussi de l'Union Européenne, qui selon lui nuirait au développement économique national en imposant trop de contraintes. Selon Cheminade, l'argent reste le réel obstacle qui brouille toute intervention ou toute politique possible à envisager.

Jacques Cheminade propose aussi des réformes institutionnelles sociales et publiques, qui visent principalement les jeunes.

  1. Réformes institutionnelles sociales et publiques

Ces réformes concernent principalement les jeunes qu’ils considèrent comme les futurs travailleurs de ce pays. Il souhaite pour cela mettre à leur disposition toutes les conditions possibles propices à leur réussite. Il va réformer pour cela l’éducation nationale et la santé publique.

  • Jacques Cheminade veut tenter de renouer le dialogue avec les jeunes, notamment avec les étudiants, en développant au maximum les infrastructures universitaires (il prend comme exemple le domaine des sciences physiques de haut niveau).
  • Toujours dans cette idée de réformer l’éducation nationale, il propose un ensemble de mesures comme le rétablissement de l’accompagnement éducatif, les heures d’étude pour aider aux devoirs et aux leçons ou encore une double mise à niveau en CP et à la sortie du CM2, évitant à la fois la fuite des meilleurs dans le privé et la désorientation des plus faibles.
  • Il souhaite aussi que la santé devienne un secteur public à 100%. Selon lui, la jeunesse est une composante essentielle de l'avenir du pays. C'est pourquoi, il veut leur assurer un cadre propice à la réussite. Les étudiants d'aujourd'hui sont les travailleurs de demain.

III- Critiques

Jacques Cheminade, et plus particulièrement son parti, font d'ailleurs face à de nombreuses critiques comme le journal Charlie Hebdo qui en 2003 qualifiait ses idées comme « Des idées qu'un Le Pen ne renierait pas, derrière un vernis de préoccupations sociales ».

D'autres critiques à vocation économique soulignent que « C’est peut-être s'aventurer trop loin que de constater que Nouvelle Solidarité a arrêté ses publications au moment de la chute du mur de Berlin, faute désormais de moyens venant de l'Est communiste ».

On voit ainsi que ces réformes sociales s'adressent avant tout aux jeunes. On peut cependant se demander si les réformes institutionnelles qui touchent aux secteurs de la santé publique et des études supérieures sont le fruit de sa volonté ou si cela émane d'un calcul politique en vue de toucher un plus large publique au moment des élections. A ce sujet, Jean Michel Roulet (à l'occasion d'un rapport ministériel de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) énonce pour Jacques Cheminade : « Les étudiants constituent une cible privilégiée pour ce parti qui, sous l’apparence d’une idéologie politique « anti-Bush » et avec une image alternative aux mouvements politiques constitués, joue sur la fibre engagée et idéaliste des étudiants. »

 

Medhi Leghat et Bader Iaz

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article